la meilleure plateforme d’investissement pour les utilisateurs qui préfèrent les risques faibles


Cyberini se focalise entièrement sur la sécurisation de sites web.  


Apprendre l'attaque pour se défendre. Cyberini cherche à promouvoir l'éducation en sécurité informatique afin d'aider les internautes à bien se protéger et à progresser.
Cyberini des cours en ligne à la portée de tous. Le but étant de partager leurs connaissances en sécurité informatique afin d'aider le plus grand nombre à se protéger contre les cybermenaces  
                               https://cyberini.com/?ref=14

DOIT-ON AVOIR PEUR DE DONNER DES CONSEILS GRATUITS ?

 
Un jour, j’ai proposé à une collègue de l’aider à écrire un article pour le blog de l’entreprise où je travaillais. Je m’attendais à une réaction enthousiaste car en général, les gens aiment bien qu’on les aide à mettre en valeur leurs connaissances. Grave erreur ! Elle a haussé les épaules et m’a répondu : « Si on donne des conseils gratuits, personne ne va nous appeler pour travailler avec nous ! »

Je reçois souvent le même genre de réflexion de mon entourage au sujet de cette démarche.Pourquoi tu donnes des conseils gratuits au lieu de faire payer les gens ? 

Je pense pour ma part qu’il y a plein de bonnes raisons de donner des conseils gratuitement, à condition de prendre certaines précautions.

Certains ne paieront jamais pour ces conseils


Très souvent, les gens qui lisent des conseils gratuits sur les blogs amateurs ou les blogs d’entreprise le font parce qu’ils souhaitent faire les choses eux-mêmes dans la mesure du possible. Par exemple, un blogueur qui lit des conseils gratuits sur le blogging est prêt à mettre les mains dans le cambouis et cherche à comprendre comment procéder. Certains lisent des sites de droit pour essayer de régler eux-mêmes un problème sans faire appel à un avocat.

Je pense que les conseils gratuits aident avant tout les gens qui n’auraient pas payé pour vos services :

Par manque de moyens – Toutes les petites entreprises, par exemple, ne peuvent pas s’offrir les services d’un rédacteur web ou d’un community manager… mais si vous donnez de bons conseils, il y a des chances que ces sociétés se tournent vers vous le jour où elles en auront les moyens.
Par désir d’être autonomes – Certains sont adeptes du « DIY ». Ils préfèrent garder la main sur leurs réseaux sociaux, leur blog, etc. Mais à l’inverse, beaucoup de professionnels sont conscients que ça demande du temps et qu’il est plus rapide de faire appel à un pro que d’acquérir soi-même l’expertise. Même si les conseils gratuits sur le sujet foisonnent sur le web, ils solliciteront quand même un spécialiste du sujet car ils n’ont ni le temps ni l’envie de s’y consacrer : ce n’est pas leur cœur de métier.Vous gagnez en visibilité et en crédibilité


Aujourd’hui, ce n’est pas anodin de donner des conseils en public. A l’ère du web 1.0, vous pouviez ouvrir un site, écrire toutes les bêtises du monde, l’internaute lambda qui visitait vos pages n’en savait rien. Désormais, les interactions sont nombreuses et visibles : vous vous exposez à recevoir des commentaires positifs mais aussi négatifs sur ce que vous écrivez, vous y répondez aussi de manière publique.

C’est donc un excellent moyen de prouver votre fiabilité, votre disponibilité mais aussi de gagner en visibilité : si vous êtes sérieux, que vous donnez de bons conseils, il y a de fortes chances que vos articles soient partagés et que votre nom ressorte comme référence sur un sujet donné. Pour beaucoup d’entreprises, tenir un blog n’est pas seulement une histoire de référencement, c’est aussi un moyen de développer sa notoriété en mettant en valeur son expertise.

Les limites et les risques des conseils gratuits


Je suis très attachée au concept du conseil gratuit car c’est un mode de partage qui s’inscrit tout à fait dans l’évolution de notre monde : on va vers le financement participatif, l’économie collaborative, de nombreuses plateformes d’entraide se développent pour échanger des services, recycler des objets, etc. Échanger un peu de son savoir sur un sujet donné est enrichissant pour soi-même et pour les autres. Je pense néanmoins qu’il y a aussi des limites et des risques à cette pratique.

Un blog est un moyen de toucher beaucoup de gens en même temps… mais par définition, les conseils que l’on y donne sont des conseils généraux, qui visent à s’appliquer au plus grand nombre.

C’est un peu comme les articles sur la diététique qui vous disent que pour perdre du poids, il faut manger équilibré et faire du sport. Ça ne remplacera pas une consultation chez un médecin qui vous aidera à concevoir un régime alimentaire adapté ou à choisir un sport spécifique en fonction de votre état de santé.

Je pense que la limite du conseil gratuit, c’est ce moment où vous passez de ce partage collectif à la résolution d’un problème individuel…

C’est très énergivor


Répondre à des questions générales n’exige pas le même travail… et donc le même temps que rentrer dans le détail d’une situation particulière.

Par exemple, j’ai régulièrement des personnes qui me contactent via mon blog voyage pour que j’organise leurs prochaines vacances. « Je dois prendre le train de quelle heure ? Vous me conseillez quel hôtel et quel programme ? » C’est le moment où vous passez des conseils gratuits à une prestation professionnelle (celle d’une agence de voyage dans mon exemple !).

Qu’avez-vous à y gagner ?


Tenir un blog est très gratifiant, aider les gens aussi… mais quand l’aide devient individuelle, bien souvent, vous n’y gagnez pas grand-chose. Vous y passez du temps – beaucoup de temps – au risque de ne plus avoir assez d’énergie pour écrire des articles « pour le plus grand nombre ».

La reconnaissance des gens est loin d’être systématique… et, plus fréquemment, on assiste à une escalade des demandes.

L’exemple le plus parlant vécu par le passé ? Une fan de Michael Jackson m’avait contactée avec un mail très touchant : elle m’expliquait qu’elle était lourdement handicapée, ne pouvait pas travailler et se divertissait donc en lisant tout ce qu’elle trouvait sur son artiste préféré. Elle me demandait de l’aide pour traduire une petite revue de quelques pages qu’elle avait dénichée sur le web. Prise d’un élan de bonne volonté, je l’ai fait. Quelques semaines plus tard, elle est revenue à la charge, me demandant cette fois-ci de traduire… un livre de plus de 600 pages. Oui, oui, gratuitement. Et elle m’a insultée quand j’ai refusé.

Sans aller jusqu’à cet extrême, certains internautes considèrent qu’une aide leur est due… et ça donne ce genre de commentaire :

Comment déculpabiliser ?

https://challenge.onlc.eu/
Ces personnes sont parfois très douées pour essayer de vous faire culpabiliser. « Pfff, vous ne voulez même pas rendre service », « Oh, ça va, pour vous qui vous y connaissez ça prend 5 minutes ! » Rassurez-vous :

Vous donnez déjà vos conseils gratuitement au plus grand nombre : vous n’avez rien d’un égoïste.
Si on prend 5 minutes pour une personne, c’est peu… mais 5 minutes à l’échelle de 30 mails similaires par jour, c’est 2h30 de travail ! Vous avez le droit d’avoir une vie.


Une aide personnalisée ne prend jamais 5 minutes.


Vous n’êtes pas une machine corvéable à merci mais un être humain qui tient un blog souvent sur son temps personnel : même si vous êtes un professionnel, le temps que vous passez à alimenter votre blog est un temps que vous ne passez pas sur le projet d’un client. Vous ne devez donc rien « de plus » à qui que ce soit.


En guise de conclusion, certains percevront toujours les conseils gratuits comme une perte de temps, vous disant que « Si les gens ne peuvent pas se payer tes services, tant pis pour eux, ça ne sert à rien de donner des conseils gratuitement ». Je pense pour ma part qu’on ne peut pas comparer ces conseils génériques à une prestation personnalisée. Je peux vous donner des conseils en matière de rédaction web, ce n’est pas la même chose que si j’écrivais des articles pour vous ! Je peux parler de référencement, ce n’est pas la même chose que si j’auditais votre site en profondeur.

Et partant de ce constat, je trouve que les conseils gratuits permettent de faire plaisir aux gens qui manquent de moyens ou veulent être autonomes, de valoriser votre expertise pour déclencher peut-être chez certains une démarche « d’achat »… sans pour autant brader votre travail.